Le TGI-Butembo en audience foraine à Lubero-centre

Avec l’appui financier et matériel de la DFJ, le Tribunal de Grande Instance de Butembo a ouvert le vendredi, 22 décembre 2017, une audience foraine à Lubero-Centre, Chef-lieu du territoire de Lubero. La tenue de cette audience est appuyée dans le cadre du projet VSBG-SF/GL financé par la Banque Mondiale par le biais du Fonds Social de la République Démocratique du Congo, et dans le cadre duquel la DFJ a la responsabilité d’assurer l’accompagnement juridique et judiciaire des victimes des VSBG dans les zones de santé de Rutshuru et Binza en territoire de Rutshuru et la zone de santé de Kayna, en territoire de Lubero au sein du consortium juridique du projet qui réunit la DFJ, la SOPROP, ABA et War Child.
Pendant 9 jours, 20 dossiers de violence sexuelle seront traités au cours de l’audience et autant de décisions devront être rendues. Au cours de l’audience, les victimes et témoins ont bénéficié de l’accompagnement psychologique fourni dans le cadre du projet, des services spécifiquement liés à la tenue de l’audience foraine.

Il s’agit de la deuxième audience foraine appuyée par la DFJ dans le cadre de ce projet au cours de l’année 2017. La première, appuyée en mai, a été tenue par le tribunal de grande Instance de Goma dans la cité de Kiwanja en territoire de Rutshuru, province du Nord Kivu à l’Est de la République Démocratique du Congo.

A travers l’appui à la tenue des audiences foraines, la DFJ participe au rapprochement de la justice des justiciables, en particulier des victimes des graves violations des droits de l’homme, en l’occurrence les violences sexuelles, dans une région où les pauvres femmes victimes des violences sexuelles font face à des obstacles multiformes qui les décourage. Ces obstacles sont à la fois géographiques, institutionnels, financières et structurels. Il faut parcourir des milliers des kilomètres pour se présenter à un tribunal, et avoir pour cela une poche bien pleine. Ce qui est déjà largement au-delà des capacités des victimes des violences sexuelles qui, le plus souvent, sont des femmes pauvres et des jeunes filles issues des familles pauvres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *