Forum sur le leadership féminin en action au Nord Kivu

Les femmes leaders du Nord Kivu ont analysé le niveau de réalisation des droits des femmes dans la province et ont découvert un tableau sombre de réalisation du droit de participation équitable de la femme dans les instances de prise des décisions.

Pendant deux jours, du 14 au 15 septembre 2017, un forum sur la participation équitable des femmes dans les instances de prise des décisions à tous les niveaux et dans tous les domaines de la vie a été tenu à Goma par la Dynamique des Femmes Juristes (DFJ). Ce forum, s’inscrivant dans le cadre du programme « Justice juste et participation équitable de la femme » de la DFJ financé par American Jewish World Service (AJWS) visant la participation équitable de la femme à la prise des décisions, a réuni des femmes leaders de la province du Nord Kivu venant essentiellement des villes et territoires. Il s’agit des femmes magistrates, des femmes travaillant dans le secteur de l’enseignement, au sein de la fonction et des entreprises publiques, de la société civile, des ONG internationales et agences des Nations Unies, des femmes militaires et policières et des femmes politiques dont l’unique femme député à l’assemblée des députés et ministres provinciales, la bourgmestre de la commune de Karisimbi, les femmes des confessions religieuses et celles de la FEC.

Officiellement ouvert par Madame la ministre provinciale en charge du genre, et modéré par Me Claudine Tsongo, Coordonnatrice de la DFJ, le forum visait à rapprocher les femmes leaders du Nord Kivu œuvrant dans différents domaines en vue de réfléchir sur les défis des femmes à participer dans les instances de décisions et d’analyser les voies et moyens de se liguer comme une seule force pour la promotion et l’effectivité de ce droit fondamental de la femme.

Pendant deux jours à travers cinq panels des présentatrices, les femmes leaders ont partagé sur les instruments clés de protection des droits de la femme en vigueur RDC,

Ainsi, elles ont fait un état de lieux de la participation de la femme dans les instances de prise de décisions, ont identifié et analysé les défis majeurs liés à la participation de la femme dans les instances de prise de décisions, ont exploré les solutions possibles qu’elles peuvent apporter en tant que femmes leaders et ont défini des stratégies et des actions à mener individuellement et collectivement en vue de contribuer à l’amélioration de la situation de la femme.

Ce travail a été réalisé grâce à la formation de quatre panels des présentatrices constitués de la manière suivante :

Premier Panel :

  1. Me NMe Nelly MBANGU, PCA DFJ : situation globale dans les institutions politiques
  2. Mme la Professeure Véronique KAVIRA: vue des membres des partis politiques
  3. Mme Brigitte SEMIVUMBI: Bourgmestre de la commune de KARISIMBI
  4. Mme Felly KANANGA : députée provinciale

Deuxième Panel :

  1. Mme la Professeure MUTEO KASONGO (ULPGL) : vue du milieu universitaire, monde scientifique : P.O en théologie
  2. Mme Falonne MUZINDUSI: chargée de plaidoyer au sein de Mercy Corps
  3. Mme Anne Marie NABINTU: ONU FEMME

Troisième Panel :

  1. Mme Yvette MWANZA MWAMBA : FEC, vue du secteur économique
  2. Mme Berte CHEKANABO : cheffe de division justice, vue de la fonction publique

Quatrième Panel :

  1. Mme Channi YOTEMEMA : vue des entreprises publiques
  2. Mme Justine : Leadership féminin vécu dans le territoire de MaSisi – présidente de CAF
  3. Mme Josephine MUHIMA : vue des femmes leaders de Rutshuru-2ème vice-présidente du CLPD Bwisha,
  4. Mme Claudine KAFIRONGO : expérience de l’Eglise catholique
  5. Mme Judith KAHINDO : expérience des femmes kimbaguistes – Pasteur au sein de l’Eglise Kimbaguiste et présidente provinciale des femmes kimbaguistes.

La participation équitable des femmes dans les instances de prise de décision est un droit garanti par les instruments juridiques nationaux et internationaux

En effet, point n’est besoin de rappeler que la participation équitable des femmes dans les instances de prise de décision est un droit garanti par les instruments juridiques nationaux et internationaux. Et à l’échelle internationale, on assiste à une dynamique visant une plus large participation des femmes à la sphère de prise de décision politique et publique, ce qui constitue désormais un critère de référence du niveau démocratique d’une société. Plus encore, la mixité est même une des conditions de la performance économique et de l’innovation, fruit de l’échange et de la diversité.

Mais en RDC, les réalités politiques, économiques, socioculturelles, pour ne citer que cela, font de l’effectivité de ce droit un rêve irréalisable en dépit de tous les textes des lois qui le consacrent et des efforts fournis en dents de scie à cette fin. A titre d’exemple, dans les institutions nationales de la RDC, lors des dernières élections législatives (2011), seules 47 femmes (sur 500 candidats) ont été élues à l’Assemblée Nationale, soit à peine 9,4 %. En jetant un regard sur le gouvernement, le gouvernement BADIBANGA (issu de l’accord politique) n’avait nommé rien que 8 femmes sur 68 ministres (y compris le premier ministre). Et celui de Bruno TSHIBALA (issu de l’accord de la saint sylvestre) non plus n’a pas amélioré la situation de la participation paritaire hommes-femmes ; au contraire le nombre des femmes nommées dans son gouvernement est encore moins que pour le gouvernement BADIBANGA, 7 femmes au lieu de 8, pour ne citer que cela.

Au cours de ce forum, les femmes leaders ont identifié des points d’actions afin de redynamiser et adapter les stratégies à utiliser à l’évolution de l’environnement politique, social local, national et international. Ainsi, un certain nombre des engagements ont été pris et renouvelés par des femmes leaders, avec un focus sur les femmes leaders mentors qui ont un pris chacune un certain nombre d’engagements relativement à son statut et à sa profession en vue de servir d’escalier aux jeunes leaders.

Pour symboliser ce renouvellement de l’engagement à travailler davantage pour la participation de la femme à la prise des décisions, et ce nouveau flambeau qui s’allume au sein des cœurs des femmes engagées, les femmes ont allumé chacune une bougie à partir d’une plus grande bougie symbolisant l’unique objectif pour lequel elles s’engagent et travaillent toutes. Vous pouvez consulter l’intégralité du rapport de ce forum en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *