Un mot sur la DFJ Asbl…

« Nous sommes une organisation féminine travaillant pour la promotion et la protection des droits des femmes et des enfants en République Démocratique du Congo. Nous travaillons avec les femmes, les filles et les enfants en vue de les habiliter à défendre elles-mêmes/eux-mêmes leurs droits. Depuis dix ans maintenant nous leur offrons l’accompagnement juridique et judiciaire afin qu’ils obtiennent justice pour les abus et violations des droits dont elles/ils ont été victimes. » 

Nous croyons que les droits des femmes, des filles et des enfants sont une partie inaliénable, indivisible et intégrante des droits humains universels. Et nous croyons qu’il n’y a que chaque être qui peut mieux défendre ses droits mieux que quiconque. C’est pourquoi nous travaillons chaque jour à renforcer les capacités des femmes, des filles et des enfants.

Nous croyons que la société de demain ne sera juste que si les jeunes et les enfants d’aujourd’hui sont éduqués sur leurs droits et au respect des droits des autres, en particulier des femmes. Nous investissons donc dans les enfants et dans les jeunes pour les habiliter à défendre  leurs propres droits et ceux des autres.


Nous accompagnons les femmes et les enfants victimes d’abus et violations des droits, en particulier des violences sexuelles et basées sur le genre. Nous nous sommes spécialisé dans l’assistance juridique et judiciaire des victimes des violences sexuelles et basées sur le genre et depuis maintenant dix (10 ans) nous offrons aux femmes et aux enfants l’appui nécessaire qui leur permette d’avoir accès à la justice dans un pays où l’accès à la justice et réparation pour les victimes des violences sexuelles et basées sur le genre demeure une lutte personnelle et où, paradoxalement, la justice coûte cher et reste éloignée de la plupart des zones rurales où ces violations des droits sont commises.

Nous travaillons avec les hommes parce que nous sommes convaincus que beaucoup d’entre eux, en raison du système patriarcal et à la lumière de plusieurs études, sont à la base des violences sexuelles et basées sur le genre et demeurent hostiles à l’émergence du leadership féminin. Aussi parce que nous sommes convaincus que les droits des femmes, ce n’est pas une question des femmes mais une question de droits humains. Il faut les amener et les accompagner dans le long processus de changement de comportement et de perception de la femme et du phénomène de la violence faite à la femme.

 

 

 

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *